dimanche 14 septembre 2014

LA TARTE AUX MIRABELLES



   Une semaine a passé depuis cette fameuse veille de rentrée. Une rentrée que j'appréhendais, c'est vrai. Car entrer en Master, c'est un peu comme entrer en sixième.
T'as beau mesurer 1m58, on te prend pour un grand qui, quoi qu'on lui dise, comprend.
On te dit que tu vas morfler, mais que tu vas quand même un peu t'amuser, parce qu'enfin ce que tu fais te plaît, et te plaît vraiment.
On te submerge d'informations, en veillant à laisser une part de mystère, des fois qu'on jouerait dans un film policier.
On te dit de former un groupe, là, maintenant, tout de suite, alors que tu découvres à peine les 71 visages qui te font face, et à travers lesquels tu essayes désespérément d'entrevoir une lueur d'espoir, une motivation, bref, un goût très prononcé pour le travail acharné.
Et au moment même où tu sens grandir en toi, tel un haricot magique, une formidable branleurophobie, on te conseille de bien choisir tes collègues, au risque de te retrouver à devoir driver les 2be3 (ou les L5) sur l'autoroute de la réussite, celle qui mène non pas au M2, mais directement au château de la Star Academy.

Bien sûr, j'exagère, je caricature. Car finalement, cette semaine fut aussi harassante que fascinante.
Mais pour la faire courte, ce vendredi, je n'avais qu'une envie : redevenir un bébé, cueilli à la sortie de l'école maternelle par sa Maman, lui chuchotant à l'oreille qu'à la maison, une tarte aux mirabelles l'attend.
Et devine quoi, cette tarte, je l'ai photographiée pour toi. Parce que je me suis dit que toi aussi, tu aurais probablement besoin d'un truc réconfortant en ce gris dimanche ... (désolée, je pouvais pas prévoir ce matin qu'il ferait beau cet après-midi)


Ingrédients :

1 pâte feuilletée
1 kg de mirabelles (voire plus)
De la cassonade

Pour la recette, on a rarement fait plus simple :

1. Tu disposes ta pâtes dans un moule.

2. Tu la piques.

3. Tu coupes tes mirabelles en deux, et les disposes de la façon la plus esthétique possible sur la pâte.

4. Tu saupoudres la tarte d'un peu de cassonade.

5. Tu enfournes à 180° et laisses cuire entre 30 et 45 minutes, en surveillant.




Pour info, et au cas où tu n'aurais pas eu ta dose de réconfort, il te reste quelques heures pour participer au concours DUO, et tenter de gagner la paire de ton choix parmi une foultitude de modèles tous plus beaux les uns que les autres (si ça c'est pas de la réclame de déglingos').





dimanche 7 septembre 2014

LE CONCOURS DUO



   Un jour, un grand poète du XXIème siècle - dont je tairai le nom, au risque de passer à nouveau pour une monomaniaqe - a dit "Il n'est pas de hasard, il est des rendez-vous, pas de coïncidence.".
Tu vas me dire "Super ma fille, mais on voit pas trop où tu veux en venir.".
Eh bien figure-toi que cette phrase a fortement résonné en moi lorsqu'on m'a sollicitée pour collaborer avec une nouvelle marque.
J'utilise volontairement le mot "nouvelle", car bien qu'étant née en Angleterre dans les années 70, je ne connaissais pas DUO il y a encore trois mois de cela. 

Fondée par deux frères, d'où ce nom super bien pensé, DUO est une véritable exception aux règles de la mondialisation. En effet, et malgré le large choix proposé, la marque fabrique à la main chaque botte, chaque chaussure, dans le respect d'un savoir-faire artisanal, et européen.
Chez DUO, on aime le cuir italien. Mieux, on le vénère. Ainsi, pas question de le dénaturer pour suivre à tout prix les tendances exotiques de quelques créateurs sous acide avant-gardistes. Non, chez DUO, on préfère s'inspirer des défilés, tout en restant classique, et j'irais même jusqu'à dire "terriblement chic". Non ?! Si si.
Et comme si ça ne suffisait pas, DUO ajoute à ses nombreux attributs le sur-mesure. Oui Madame, tu as bien lu. En plus des pointures habituelles, les bottes s'adaptent à ton mollet, les chaussures, à ton pied, avec pas moins de 21 tours de mollet et 3 largeurs de pied proposés.

Le résultat ? Des chaussures aux noms qui claquent, d'une qualité rare, et qui te feront certainement plus d'une saison. 
En voici d'ailleurs une petite sélection.



  



  



  



  


Tu n'as toujours pas compris le rapport avec le début de l'article ? C'est simple. Comme je l'évoquais la semaine dernière, je me lasse des marques sans âme à la philosophie légère. Après m'être renseignée sur DUO et son savoir-faire, j'ai cru voir en ce partenariat un encouragement à poursuivre dans cette voie, celle de la consommation raisonnée et responsable.  


Mais trève de poésie, aujourd'hui, DUO te fait un cadeau qu'il est bien beau.
En effet, la marque t'offre la paire de ton choix (bottes, bottines ou chaussures), parmi la collection Automne-Hiver.
Ca paraît dingue, pourtant c'est vrai.
Pour participer, suis mes instructions, et ça devrait bien se passer :

1. Laisse moi un commentaire sur cet article en me disant quelle paire tu souhaiterais gagner (l'e-shop est juste ici), et en n'oubliant pas de mentionner ton adresse mail.

2. Mets à profit ta prochaine virée sur Facebook en likant la page de DUO, ainsi que la mienne.

3. Aie confiance en ton destin (tu verras, parfois, ça donne de bons résultats).


Tu as jusqu'au dimanche 14 septembre, minuit, pour participer.
La gagnante sera tirée au sort et annoncée sur ma page Facebook.
Sur ce, que la chance soit avec toi ;) !
Et bonne rentrée à toutes celles et ceux qui reprennent demain, comme moi !





dimanche 31 août 2014

COLO-RÉ #3 : LE BLEU


chemise bleu maison françois

   Preuve en est mes précédents articles, d'ordinaire ici, je préfère raconter n'importe quoi plutôt que de m'appesantir sur mes looks ô combien réussis. 
Pourtant aujourd'hui, j'ai décidé qu'il en serait autrement, car cet été fut celui des rencontres peu ordinaires, justement.

C'était le 26 juillet, sur le port de La Flotte. Un de ces samedi de braderie qui affolent vendeurs de plancha et touristes aux aguets. J'étais venue en curieuse, sans idée dans la tête, la certitude de ne rien trouver en bandoulière. Elle était loin, mais alors très loin, la Clémence version Zara, qui range ses principes au moindre drapé de soie de lama (ouais, on fait des choses vraiment folles, chez l'Espagnol).
Pourtant, de loin, j'aperçois un stand bleu. Avant même le nom de la marque, c'est l'inscription "Fabrication française" qui m'interpelle. Parce que de plus en plus, je m'intéresse au local, je consomme responsable et m'auto-dégoûte de la sape qui ne vient pas d'ici, mais de là bas.
En baissant les yeux, je découvre les créations Maison François, et me surprends à être attirée par la couleur, et l'imprimé. Une fois de plus, me voilà désarmée face à la beauté de l'artisanat (si tu me suis depuis quelques temps, tu sais mon amour pour les créateurs, leurs créations, et combien j'ai à coeur, ici, de les mettre en avant).

Karine, l'adorable créatrice, vient alors me voir. Elle m'explique son concept, son histoire. Comme elle, ses créations homme/femme/enfant viennent de Cholet, où elles sont confectionnées par un petit atelier de couturières. Et ça se voit. Les coupes sont parfaites, les détails nombreux, et les finitions soignées. Chaque tissu est minutieusement sélectionné. Qu'il s'agisse de liberty, de tissu italien, ou de jacquard français, Karine a du goût, beaucoup de goût. Tellement de goût, que je tombe littéralement amoureuse d'une chemise d'homme bleue, alors que je ne me suis jamais entendue avec cette couleur. Je suis donc la première surprise, face à ce liberty graphique, et pour une fois, je ne culpabilise pas. Car cette fois-ci, ma carte bleue est raccord avec mes principes. 

chemise bleue maison françois

Interlude photo penchée.

île de ré vue du ciel

Interlude vue du ciel.

daho clemence m

Interlude Daho, parce que "le monde est bleu comme toi", c'est lui qui l'a dit ...

stand maison françois

Interlude découverte du stand Maison François.

paysage île de ré

Interlude océan.

col contrasté clemence m

Interlude col contrasté.

porte bleue île de ré

Interlude jolie porte.

chemise ceinturée clémence m

Interlude "ma chérrrie, toua tou as la morphologie qué tou peux marquer ta taille !!".

vitrail ars en ré

Interlude mystique, à l'église d'Ars.

bracelet bling imprimé graphique

Interlude bracelet bling sur liberty graphique.

verrerie bleue clemence m

Interlude verrerie.

bateau île de ré clémence m coucher de soleil


Ainsi s'achève cette série colorée sur l'île de Ré. J'espère qu'elle t'a plu.
J'espère aussi t'avoir donné envie de découvrir Maison François. Sache que le stand bleu t'attend sur l'île de Ré chaque été. Et pour patienter, rendez-vous sur l'e-shop et la page Facebook de la marque.
Au passage, et pour conclure, je remercie Karine, pour son accueil, sa gentillesse, et pour m'avoir définitivement réconciliée avec la couleur (y compris le bleu)





PS : Les photos de look ont été prises à Ars, à deux pas de l'hôtel Le Sénéchal.